Index du Forum

Hebergeur d'image
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 
Les tourelles de Karola

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet     Index du Forum >>> FORTIFICATIONS ET ARMEMENTS (en France) >>> Le Mur de l'Atlantique ... >>> Charente M.
  Sujet précédent .::. Sujet suivant    
 
Auteur Message
     
ORION
Modérateur


En ligne

Inscrit le: 22 Mar 2015
Messages: 611
Localisation: Finistère

MessagePosté le: Sam 28 Jan - 11:15 (2017)    
Sujet du message: Les tourelles de Karola
Répondre en citant

Bonjour,




LES TOURELLES DE KAROLA 
 
 
 
 
 
 
 
 
Pour assurer la sécurité des approches du port de La Rochelle et pour préserver la liberté de navigation vers la base sous-marine de La Pallice, les Allemands décidèrent en 1942 d'édifier sur les îles de Ré et d'Oléron un important réseau de défense destiné à contrer toute tentative d'incursion contre les installations portuaires du continent. Merveilleusement située géographiquement, l'île de Ré allait accueillir le long de ses côtes un vaste ensemble défensif centré sur deux positions majeures représentant une superficie d'environ 35 hectares.
Le secteur retenu pour l'édification de puissants ouvrages est proche de la ville de Ars en Ré, et repose sur deux batteries lourdes, Kora codée RO425 et armée de 4 pièces de 220 mm K 532 (f) en encuvements, canons modèle 1917 fabriqués par les usines Schneider, et Karola RO 429, composante reposant sur deux tourelles doubles de 203 mm SKC/34 issues du croiseur allemand Seydlitz. Ces deux ouvrages dépendent de l'armée de terre pour la batterie Kora et de la marine pour la batterie Karola.







 
 
 
 
1950 le site de Karola. On distingue nettement les deux tourelles de 203 mm 
 
 
 
 
Le vaste chantier que représente l'aménagement de Karola débute en 1942 pour s'achever en 1944. L'ouvrage forme alors la 4eme batterie de la MAA 282 (Marine Artillery Abteilung) et regroupe 181 artilleurs. Il comprend les éternels champs de mines et réseaux de barbelés, un système défensif rapproché, une défense anti-aérienne matérialisée par 4 pièces de 40 mm Flak 28 et 2 canons de 20 mm Flak, un projecteur et enfin un encuvement pour canon de 15 cm en section d'éclairage. Précisons toutefois que cette défense est complétée par les éléments de la batterie Kora toute proche. De nombreux baraquements sont dissiminés un peu partout sur le site. La direction des tirs utilise une tour monolithique de type S 497 située à environ 500 mètres des tourelles, en coopération avec la batterie annexe Kora. Ce PDT à sa partie supérieure (6eme niveau) possède une vaste salle panoramique d'observation à embrasure de 200°. Le 7eme et dernier niveau est accessible par une échelle et se compose d'un blockhaus blindé à deux niveaux avec trois créneaux d'observation et un périscope éclipsable de grande puissance. Le toit de la tour reçoit une coupole semi-sphérique équipée d'un télémètre Zeiss de 11 mètres.



 
 
 
La tour de tir télémétrique S497 se compose du poste de direction de tir (la tour) et du poste de commandement situé à sa base 





Vue générale de la tour S497 dans les années 80 (Ph.F)
















Le poste de commandement









La visière d'observation du 6eme niveau (DR)






L'arrière de la salle d'observation donne sur l'escalier vers les différents niveaux et le blockhaus supérieur (DR)





Le sommet de la tour sur laquelle reposait la coupole stéréoscopique équipée d'un télémètre de 11 m. La coupole était accessible par le puits central que l'on voit sur la photo grâce à une échelle





Dans le sud-ouest de la batterie et au niveau de la plage, la défense est complétée par l'ouvrage RO 424 Kathe, ensemble comprenant 1 pièce de 47 mm pak 181 (f), 2 x 50 KWK en tobrouk, 2 x 20 mm Flak et un radar Fumo 214. En 1943 cet ouvrage est étoffé par l'apport de 4 x 75 Flak M 35 (h)b et un radar Würzburg Anton 39 (d).




Les tourelles:



Elles furent construites par les usines Krupp à Essen pour armer le croiseur Allemand de 10000 tonnes Seydlitz, unité de la classe Hipper non achevée et qui devait être transformée en porte-avions. Les tourelles II Bruno et III Caësar furent prélevées pour armer la batterie du fort du Grognon sur l'île de Groix, et les tourelles I Anton et IV Dora prirent la direction de l'île de Ré pour servir la batterie Karola. Ces deux tourelles doubles forment l'armement principal de l'ouvrage et reposent sur une ossature de béton armé composée de deux ensembles; un bloc S473 à deux étages qui comprend les canons, le puits de tourelle et les soutes à obus, douilles et gargousses, et un bloc S 483 centré sur l'accès, la chaufferie, machinerie, soute à carburant et logement de l'équipage.






 
 
 
 


 
 
        

Les tourelles du croiseur Prinz-Eugen identiques à celles équipant Karola















 




Les bunkers sont identiques dans leur conception et distants d'environ 150 mètres. Ils sont protégés des coups directs par un cordon dunaire. Anton, la tourelle la plus au nord, se situe à 200 m de la plage tandis que Dora, plus proche et décalée, est à environ 130 m du rivage. L'accès à la tourelle s'effectue de deux manières; en empruntant le couloir d'entrée du bunker où en utilisant la porte située sur la plaque arrière de la tourelle. 
 
 
L'énergie électrique nécessaire au fonctionnement des installations provient du réseau civil, avec dérivation allemande par pose de poteaux en bois supportant un câble à 3 conducteurs en aluminium pour une alimentation haute tension de 10000 volts. Cette ligne aboutit à une construction en parpaings équipée d'un appareil statique à induction électromagnétique 10000/380/220 volts, de puissance 25 kva, et un compteur basse tension. Ce transformateur alimente également les ouvrages voisins. L'arrivée de la ligne destinée à Karola aboutit à la machinerie (local des groupes) pour fournir l'énergie nécessaire au fonctionnement des installations. Lorsqu'il n'est pas possible de relier le réseau civil à l'ouvrage, les groupes électrogènes prennent le relais (groupes diesels fixes). Il existe également un éclairage de secours par batteries d'accumulateurs.   
 
 
 
    
 
 
karola les tourelles


 
 
 

 
 
 
 
 
 
 
Sur cette vue aérienne datant de 1963, les tourelles ont disparu. Seuls subsistent les puits à ciel ouvert qui vont rester en l'état pendant de nombreuses années, laissant les eaux de pluie s'infiltrer dans les sous-sols, rendant aujourd'hui l'accès des soutes à obus inaccessible (sous-sol noyés dans les deux blocs Anton et Dora)  
 
 
 
    
     

A SUIVRE....
 
 
 
 
 
 
 
 
         
 
 
 


Revenir en haut
     
     
Publicité







MessagePosté le: Sam 28 Jan - 11:15 (2017)    
Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
     
     
LADOC



Hors ligne

Inscrit le: 27 Mar 2013
Messages: 1 319
Localisation: ILE DE FRANCE

MessagePosté le: Sam 28 Jan - 18:27 (2017)    
Sujet du message: Les tourelles de Karola
Répondre en citant

Okay Okay Okay
_________________
Les images d aujourd hui sont les archives de demain..


Revenir en haut
     
     
Contenu Sponsorisé







MessagePosté le: Aujourd’hui à 18:35 (2018)    
Sujet du message: Les tourelles de Karola

Revenir en haut
     
Montrer les messages depuis:   
 
     
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet     Index du Forum >>> FORTIFICATIONS ET ARMEMENTS (en France) >>> Le Mur de l'Atlantique ... >>> Charente M. Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | créer un forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com
Thème réalisé par SGo